Le tricot dans l'art
C'est chez nous...
Folklore, vêtements
Fils pour jouer
Outils, technique
Le tricot dans l'art
Conseils et sites
Quelques liens
Oscar Ier
 

Annibale Carraci, Le faiseur de bas ambulant (Musée du Louvre)
  
JF Millet, La leçon de tricot (Clark Art Institute)

WA Bouguereau, Tricoteuse de 1869
  
WA Bouguereau, Tricoteuse de 1879 (collection privée)

WA Bouguereau, Le peloton de laine (1886)
  
Emile Munier, A careful stitch, 1875 (collection privée)

FC Frieseke, Normandy girl (collection privée)
  
FC Frieseke, Bécassine (collection privée)

L'ARTISANAT ...

et l'art.

LITTERATURE

Voici quelques exemples de textes et de citations mentionnant le tricot sous différentes formes

☻ Victor Hugo (Correspondance, T2, 1849-1866)
Je fais mon lit, voici pourquoi : les draps sont grands comme des serviettes et les couvertures comme des tapis de table. J'ai été obligé d'inventer un procédé pour tricoter tout cela de façon à avoir les pieds couverts, et chaque soir je refais mon lit.

☻ Victor Hugo (Les travailleurs de la mer)
La maison du bout de la rue était, à cette époque, "visionnée". Depuis plus de trente ans, on ne l'habitait plus. Elle tombait en ruine. Le jardin, trop visité par la mer, ne pouvait rien produire. Outre les bruits nocturnes et les lueurs, cette maison avait cela de particulièrement effrayant que si on y laissait le soir sur la cheminée une pelote de laine, des aiguilles et une pleine assiette de soupe, on trouvait le lendemain matin la soupe mangée, l'assiette vide, et une paire de mitaines tricotée. On offrait cette masure à vendre avec le démon qui était dedans pour quelques livres sterling.

On le voyait ainsi de loin dans la rafale, debout sur l'embarcation, ruisselant de pluie, mêlé aux éclairs, avec la face d'un lion qui aurait une crinière d'écume. Il passait quelquefois ainsi toute sa journée dans le risque, dans la vague, dans la grêle, dans le vent, accostant les navires en perdition, sauvant les hommes, sauvant les chargements, cherchant dispute à la tempête. Le soir il rentrait chez lui et tricotait une paire de bas.

Gilliatt était vêtu de ses habits de mer, chemise de laine, bas de laine, souliers cloutés, vareuse de tricot, pantalon à poches de grosse étoffe bourrue, et sur la tête une de ces coiffes de laine rouge usitées alors dans la marine, qu'on appelait au siècle dernier galériennes.

☻ Edouard Pailleron (L'âge ingrat)
Julia :
Oh ! ... cela... oui, je savais, il me l'a dit... c'est très désagréable... mais pas dangereux... tous les français disent cela à toutes les femmes... c'est un tic... alors, il faut le renvoyer. Oh ! C'est dommage, il est si drle... et puis il fait si bien le ménage, le mien... ah ! Il est marié ! ... il ne doit pas être souvent chez lui, c'est vrai... et Madame... Fondreton prend cela au tragique. Les français sont drles ! Pourquoi ne vient-elle pas ? ... amenez-la moi ? Voulez-vous que je l'invite ? ...
Berthe, sèchement :
Ma marraine vit fort sédentaire, madame, et moi de même, madame.
Julia, souriant :
Ah ! Sédentaire... vous tricotez, oui... je comprends... vous ne voulez pas venir chez moi, n'est-ce pas ?
Berthe :
Mais...
Julia :
Si, dites ! ... oh ! Cela ne fait rien... les français ont mauvaise opinion des étrangères, je sais, parce qu'elles voyagent, qu'elles montent à cheval, qu'elles patinent au lieu de tricoter...

☻ Balzac (Scènes de la vie privée, T. 3-4. Béatrix)
Ses mains, crochues par suite de la contraction que l'habitude de tricoter leur avait fait prendre, étaient comme un métier à bas incessamment monté : le phénomène et été de les voir arrêtées. De temps en temps mademoiselle du Guénic prenait une longue aiguille à tricoter fichée dans sa gorge pour la passer entre son béguin et ses cheveux La vieille aveugle, sur qui l'heure noire n'avait plus de prise, continuait à tricoter, et le silence devint si profond que l'on put entendre le bruit des aiguilles d'acier.

☻ Balzac (La Comédie Humaine, vol 12 ed Furne, l'envers de l'histoire contemporaine) (pour lire Balzac dans l'édition originale : http://www.paris.fr/musees/balzac/furne/presentation.htm )
Dans cette première pièce travaillait, à la lueur dune petite lampe, une domestique coiffée dun bonnet en batiste à tuyaux gaufrés pour tout ornement ; elle ficha une de ses aiguilles dans ses cheveux, et garda son tricot à la main, tout en se levant pour ouvrir la porte dun salon éclairé sur la cour intérieure.

☻ Molière (l'Ecole des maris)
Mais j'entends que la mienne
vive à ma fantaisie, et non pas à la sienne ;
que d'une serge honnête elle ait son vêtement,
et ne porte le noir qu'aux bons jours seulement ;
qu'enfermée au logis, en personne bien sage,
elle s'applique toute aux choses du ménage,
à recoudre mon linge aux heures de loisir,
ou bien à tricoter quelque bas par plaisir ;
qu'aux discours des muguets elle ferme l' oreille,
et ne sorte jamais sans avoir qui la veille.

☻ Emile Zola (La débâcle)
et, sous la lumière immobile de la lampe, elle se mettait à tricoter des bas pour les petits pauvres

☻ Barbey d'Aurevilly (Les diaboliques)
La femme passait sa vie à tricoter des bas à ctes pour son mari

☻ Alexandre Dumas (Le Chevalier de Maison-Rouge)
deux accusés qui ont déjà, par une de ces insolentes précautions avec lesquelles on raillait les juges à cette époque, fait leur toilette pour l'échafaud, s'entretiennent avec leurs défenseurs, dont les paroles vagues ressemblent à celles d'un médecin qui désespère de son malade. Le peuple des tribunes était, ce jour-là, d'une féroce humeur, de cette humeur qui excite la sévérité des jurés : placés sous la surveillance immédiate des tricoteuses et des faubouriens, les jurés se tiennent mieux, comme l'acteur qui redouble d'énergie devant un public mal disposé.

☻ Flaubert (Madame Bovary)
Madame Bovary mère ne trouvait rien à blâmer, sauf peut-être cette manie de tricoter des camisoles pour les orphelins, au lieu de raccommoder ses torchons.

☻ Flaubert (Un coeur simple)
Mme Aubain, qui comptait les mailles d'un tricot, le posa près d'elle

☻ Ste Beuve (Port-Royal)
.il plaisante, mais cependant le voilà, comme M Hamon, qui tient l'aiguille et qui sait tricoter ! Ils ont beau faire, je ne puis m'accoutumer à cette idée-là, et à voir des gens d'esprit dans cette posture.

☻ Albert Camus (La chute)
Oui, on peut faire la guerre en ce monde, singer l'amour, torturer son semblable, parader dans les journaux, ou simplement dire du mal de son voisin en tricotant. Mais, dans certains cas, continuer, seulement continuer, voilà ce qui est surhumain.

☻ René Barjavel (L'Enchanteur)
La raison rétrécit la vie, comme l'eau rétrécit la laine, si bien qu'on s'y sent coincé et on ne peut plus lever les bras.

☻ Francine Ouelette (Les ailes du destin)
C'est fou ce que les mensonges sont liés les uns aux autres comme les mailles d'un même tricot : il suffit d'en échapper une pour que ça se défasse.

☻ Wilfrid Noël Raby (Le théorème de Fermat, L'Agora, vol. 1, N 10, juillet/aot 1994)
Dieu pardonnera l'apparente oisiveté des jardiniers, des collectionneurs de timbres, des tricoteuses, des origamistes, des buveurs de thé. Il ne pourra pas faire autrement, puisqu'il pardonne les broutilles des mathématiciens.

☻ Sacha Guitry
Le tricot permet à une femme de penser à autre chose pendant que son mari parle.

☻ Bob Ralph
Il parat qu'il faut trois moutons pour faire un pull-over... et moi qui croyais qu'ils ne savaient pas tricoter

☻ Henri Rochefort (politique et journaliste français1831-1913)
Il y a deux sortes de bergers parmi les pasteurs des peuples : ceux qui s'intéressent à la laine et ceux qui s'intéressent aux gigots. Aucun ne s'intéresse aux moutons.

☻ Anne Roumanoff (l'Euro)
Quand vous changerez 50 000 francs, on vous rendra 15 billets de 500 euros. Le bas de laine va se transformer en socquette... Plus besoin de matelas, un oreiller suffira. Plus d'argent dans des lessiveuses mais dans des vizirettes.

☻ André Guillois
Les ouvrières portant des pulls trop larges doivent faire attention aux machines ; celles qui portent des pulls très collants doivent faire attention aux machinistes.

☻ Anonyme
Un pull-over est un vêtement que portent par-dessus tous leurs tricots les enfants qui ont une mère frileuse.


LES ARTS GRAPHIQUES

La peinture, reportage des temps anciens, permet aussi de retracer l'histoire du tricot ; c'est le cas par exemple des Madones au tricot du XIVème siècle qui fleurissent en Europe et qui prouvent d'une part que le tricot était connu à cette époque et certainement matrisé depuis longtemps, et d'autre part qu'il était pratiqué en rond sur plusieurs aiguilles ( http://monsite.wanadoo.fr/tricot-fluor ). De très nombreuses représentations graphiques illustrent cette activité et ses annexes, comme toutes les fileuses, tricoteuses, bergères etc qui émaillent en particulier le XIXème siècle.

Au Louvre (www.louvre.fr), on peut admirer Le faiseur de bas ambulant par Annibale Carraci dit "Annibal Carrache" (1560-1609, école de Bologne), dans le département des arts graphiques (voir photo).

Jean-François Millet (1814-1875) réalise plusieurs huiles, gravures, dessins et études concernant le tricot ou l'art de filer souvent en relation avec le gardiennage de moutons ou de chèvres dont on peut voir quelques exemples au Museum of Fine Arts de Boston (www.mfa.org/artemis/results.asp, notamment une "Leçon de tricot" qui lui vaut un grand succès lors du Salon de 1869. Une autre Leçon de tricot datée de 1860 est exposée au Clark Art Institute de Williamstownn (voir photo et www.clarkart.edu/museum_programs/collections/nineteenth_eur/content.cfm?ID=43&marker=4&start=4&nav=1).

William Adolphe Bouguereau, peintre rochelais (1825-1905), nous livre quelques huiles représentant des tricoteuses, datées de 1869, 1879, 1875, 1882 et 1884 (voir photos) ou d'autres activités liées à la laine (www.artrenewal.org/asp/database/art.asp?aid=7&page=1, www.christies.com/promos/oct03/1290/overview.asp).

Un de ses élèves, Emile Munier (1840-1895) réalise une Leçon de tricot, dont il existe d'autres versions fort ressemblantes (voir photo et www.emilemunier.org).

Frederick Carl Frieseke (1874-1939), impressioniste américain qui a séjourné en Normandie, a illustré le tricot à travers une "Normandy girl" et surtout, une "Bécassine", portrait de sa fille Frances à 14 ans en costume breton (voir photos et www.shiawasseearts.org/frieseke.html).

Tricot-Phosphore
19/6/04