Outils, technique
C'est chez nous...
Folklore, vêtements
Fils pour jouer
Outils, technique
Le tricot dans l'art
Conseils et sites
Quelques liens
Oscar Ier
 

Aiguilles à tricoter en caséine

Aiguilles à bout crocheté portugaises

Méthode occidentale (haut) et orientale (bas)

Méthode mixte

QUAND ? QUOI ? COMMENT ?

OUTILS ET POINTS

☻ Aiguilles : matériaux et formes
On pense que les arabes, inventeurs du tricot, travaillaient avec un fil de cuivre terminé par un crochet. Ensuite, d'autres matériaux apparaissent : bois (buis, ébène, bouleau, églantier, rose), bambou, ébonite, corne, os, ivoire, fanon de baleine, écaille de tortue, ambre, fer, acier, aluminium, argent, et plastiques au XXème siècle. D'abord ceux à base de caséine (érinod, galalith) dont la fabrication commence en 1899 qui autorisent les aiguilles en couleur (voir photo) car l'acier ne permettait d'avoir que des aiguilles bleutées, éventuellement avec une pointe dorée, puis ceux à base de pétrole. Les aiguilles en acier, plaquées de nickel pour leur éviter de rouiller sont lourdes et avantageusement remplacées par l'aluminium maintenant, la plupart du temps anodisé.

Les aiguilles en bambou, beaucoup plus légères que celles en aluminium, sont importées du Japon dès 1983 ; la caséine permet d'imiter soit l'ivoire à la fois pour l'aspect et le toucher (Ivoré), soit l'os ou de fanon de baleine (Bryspun), et est conseillée aux mains atteintes de polyarthrite, mais on peut encore trouver des aiguilles en os. Les aiguilles en bois sont très prisées pour leur contact et leur élégance, comme celles-ci qui sont fabriquées à la main au Vietnam ( http://www.lanternmoon.com/fourwoodsknitting.asp ) ; le bois peut également être transformé (acétate de cellulose des Pony pearls par exemple). Certaines aiguilles dites "turbo" sont plaquées nickel pour augmenter la glisse : quid des allergies cutanées quand on sait que le nickel est un des premiers allergènes en dermatologie ?

Les aiguilles à bout crocheté (voir photo) ont été les outils traditionnels dans de nombreux pays comme l'Egypte, la Turquie, la Syrie, l'Espagne, le Portugal et les Açores, le sud de la France, et les pays de l'Amérique Centrale et du Sud. Les premières aiguilles à bout crocheté ont été découvertes dans une tombe turque datée du XIIème siècle, avec une demi-chaussette. Jusqu'au milieu du XIXème, certains pays européens utilisent encore ce type d'aiguilles, de même que les bergers du sud de la France et de l'Espagne au début du XXème, et l'Algérie vers 1913 ; certains pays travaillent encore avec (Portugal, Pérou, Balkans). Le crochet et crochet tunisien sont beaucoup plus récents que le tricot, mais parce que le tricot s'est fait longtemps avec des aiguilles crochetées, on pensait l'inverse. Le crochet date de façon sre de 1800 environ.

Les aiguilles à bout "lisse", sans doute une invention européenne, remplacent les aiguilles crochetées, mais on ne sait pas quand exactement, sinon qu'elles sont déjà d'usage au XIVème, et qu'elles se perfectionnent dès que l'on sait fabriquer les tiges d'acier par étirage (XIVème en Allemagne, mais pas avant le XVIIème en Angleterre).

En Europe de l'Ouest, le tricot est longtemps réalisé en rond, sur plusieurs aiguilles à double pointe (4, 5 voire 10-12) ; les premières ont des bouts arrondis, mais au XIXème, une nouvelle mode arrive, en tout cas en Angleterre : on se met à piquer dans la maille au lieu de la glisser sur l'aiguille droite, les aiguilles étant posées sur les pouces, et les bouts pointus deviennent recherchés.

Tricoter sur deux aiguilles proviendrait peut-être de l'idée de tourner le tricot pour faire les talons des chaussettes et des bas, mais en Europe, c'est l'apparition du métier à tricoter et le désir d'imiter les vêtements taillés qui lancent le tricot à plat (les vestes florentines en brocart du XVIIème sont tricotées sur deux aiguilles). Au cours du XIXème siècle, le tricot en allers-retours sur des aiguilles droites est devenu commun, et le renflement à une extrêmité pour empêcher le tricot de glisser apparat rapidement vers le milieu du siècle. Les aiguilles circulaires datent des années 1920 : développées en Norvège, ces "Flexiknit" comme la réclame de l'époque les baptise en 1924 sont constituées de deux aiguilles droites serties sur un câble d'acier. Le joint accroche la laine et très vite, elles deviennent impopulaires ! Aujourd'hui, le nylon et l'amélioration des joints ont nettement changé leur image

☻ Calibre des aiguilles à tricoter
Traditionnellement différent dans chaque pays, voire d'un fabricant à l'autre dans le même pays, il n'est toujours pas standardisé ! Les numéros anglais étaient basés sur le "British Standard Steel Wire Gauge", mais seulement basés Quand le système métrique apparat (en 1790, sous l'impulsion de Talleyrand, base de l'actuel système international d'unités défini en 1960), ils adoptent des tailles les plus voisines possible avec les numéros du système métrique (exprimés en mm), ce qui donne des fractions comme 3 ! L'échelle en Europe de l'Ouest progresse de 0,5 mm en 0,5 mm, alors que l'échelle anglaise passe de en entre 2 et 4 mm. Quant aux américains et aux japonais, c'est encore autre chose Pour se faire une idée : le numéro 8 anglais, mais 6 américain, correspond à du 4 chez nous, mais le 8 anglais fait en réalité un 4,2 mm qui lui correspond à du 7 japonais !

☻ Points
Les plus anciennes pièces de tricot retrouvées sont en jersey endroit : les tricoteurs "en rond" ne font que des mailles endroit, ce qui donne du jersey endroit, les ctes et le point mousse n'existent donc pas ! La maille envers apparat la première fois comme élément décoratif sur la paire de bas en soie rouge portés par Eleonora de Tolède retrouvés dans sa tombe et qui datent d'environ 1562 ; au vu de la matrise des points, on pense que la maille envers a été utilisée bien avant cette date, notamment quand le talon s'est fait en tournant le tricot (au début, le talon était tricoté en rond, et une fois le bas ou la chaussette terminés ; c'est d'ailleurs encore la technique en Europe de l'est). De même, ces pièces sont les premières dans l'histoire à présenter des trou-trous (2 mailles ensemble, 1 jeté), alors que les cordelettes des petites bourses, bien antérieures, passaient directement à travers le tricot. La maille envers était cependant connue dans le nalbinding, puisque des ctes sont présentes sur une pièce datée du IIIème siècle après JC.

☻ Echantillons
Les éléments retrouvés lors de fouilles archéologiques ont des échantillons terribles ! Plus de 60 m/10 cm pour la laine, et autour de 100-150 m/10 cm quand il s'agit de soie. Et plus récemment, on tricotait beaucoup plus fin : 28 mailles pour 10 cm était considéré comme épais !

☻ Fils, jacquard
Le lin, comme la soie et la laine sont les premiers matériaux utilisés. Le coton, tricoté en Egypte au XIème siècle, n'arrive au Pays-Bas qu'au XVIIIème, peut-être au XVIIème. Le jacquard est une technique qui apparat très vite : en Egypte, de nombreux exemples en soie très fine et multicolorés existent dès le Xème siècle, et la plupart des pièces en coton retrouvées sont bleues et blanches.

☻ Les livres et les magazines
L'Allemagne publie dès 1745 des livres de grilles, puis de patrons (bonnets, gants, chaussettes), la France attend 1802 mais publie une traduction d'un livre allemand. Le premier livre anglais sur le tricot sort en 1830, il s'agit d'un ouvrage d'éducation publié par l'Eglise d'Angleterre. Les premiers patrons sont édités en 1837 par une anglaise qui a l'idée géniale d'inventer des abréviations qui ne seront pas retenues ! Les premières publications sont souvent écrites par n'importe qui, truffées de fautes et les patrons irréalisables La fin du XIXème voit la naissance des magazines de tricot.

TRICOTER A EN PERDRE LE NORD

☻ Continentaux, insulaires : un vieux débat
En Europe de l'Ouest, on tient traditionnellement son fil avec la main droite, c'est la méthode anglaise (ou américaine) ... largement pratiquée en France.

Tenir son fil avec la main gauche, comme au crochet, semble avoir été inventé par les allemands et introduit en Norvège au cours du XIXème : c'est la méthode continentale (allemande ou encore hollandaise) pratiquée par les anglais (sic !). Là, l'aiguille droite est manipulée comme un crochet et attrape le fil à travers la maille. En 1850, l'Allemagne et la Russie tricotaient ainsi, puis le Japon après la deuxième guerre mondiale, mais pas la Chine. C'est également très courant au Portugal, en Grèce, Turquie, Bolivie et Pérou.

☻ Est et Ouest
La méthode occidentale, standard dans l'ouest et le nord de l'Europe, ainsi qu'en Amérique du Nord, dispose les mailles sur l'aiguille gauche avec le brin droit devant l'aiguille (voir photo). La longueur de fil utilisé pour faire le tour de l'aiguille est plus importante pour les mailles envers que pour les mailles endroit, ce qui explique l'irrégularité du jersey quand on travaille sur deux aiguilles (les mailles envers sont plus lâches) et un tricot plus serré en rond, d'où la nécessité de faire un échantillon avec la même technique que le tricot final. Et le fil passant toujours dans le même sens, explique sans doute pourquoi le tricot en rond penche !

La méthode orientale, sans doute la plus ancienne, se rencontre dans les régions d'influence islamique, dont l'Amérique du Sud via les Conquistadores : le brin droit est derrière l'aiguille (voir photo), la tension est contrlée en passant la laine derrière le cou, et le travail est souvent réalisé avec des aiguilles à bout crocheté pour faciliter la prise du fil. Le fil passant derrière le cou tombe naturellement devant le tricot : en rond, il est donc plus aisé de tricoter l'envers du travail face à soi, même pour les jacquards (Pérou par exemple), et le résultat donne des mailles torses. On trouve plus fréquemment des motifs jacquards verticaux et en courbe associés à cette technique.

La méthode mixte, traditionnelle en Europe de l'est, en combinant les deux (voir photo) donne des mailles très régulières. En rond, on tricote sur l'endroit du travail, les mailles sont torses et comme le fil passe une fois dans un sens et une fois dans l'autre, le tricot en rond va droit !

Tricot-Phosphore
19/6/04